Vivre l’enseignement des grands Maîtres !

« La plupart des humains disent qu’ils ont besoin de vivre dans l’harmonie, la paix, la lumière. Mais quand on leur suggère ce qu’ils ont à faire pour cela, ils sont beaucoup plus réticents : ils pensent qu’ils doivent auparavant goûter à tous les plaisirs, à toutes les aventures « pour connaître la vie », paraît-il. Les pauvres, comment peuvent-ils s’imaginer qu’après avoir gaspillé dans ces expériences leurs énergies physiques et psychiques, ils seront en état de faire le travail intérieur nécessaire pour trouver l’harmonie, la paix, la lumière qu’ils souhaitent ? La seule chose dont ils seront encore capables, c’est de lire quelques livres dont ils feront ensuite des citations : « Moïse a dit… Bouddha a dit… Jésus a dit… » sans pouvoir mettre leur enseignement en pratique.
Lire la suite

Atteindre son objectif comme le Sagittaire atteind sa cible

« Dans le zodiaque, le Sagittaire, un archer à cheval, est le symbole de l’homme qui est parvenu à faire triompher la raison sur les forces obscures de l’instinct. Cette idée est aussi exprimée par la figure mythologique du Centaure dont le corps de cheval est surmonté par un buste d’homme.
Le Sagittaire, le Centaure sont des symboles de l’être humain qui est fait de deux natures, inférieure et supérieure, et il doit apprendre comment les ajuster. Il ne peut pas se débarrasser de sa nature inférieure, mais il peut faire l’effort de la maîtriser en la mettant au travail. D’ailleurs, regardez : dans la représentation même du Centaure ou du Sagittaire, le corps du cheval est en mouvement, il court. Et cette course n’est pas sans raison, elle a un sens, elle est au service d’une action réfléchie : la flèche tirée s’envole, mais pas pour aller n’importe où, elle doit atteindre un but précis. Vous savez quelle maîtrise il faut posséder pour tirer à l’arc et viser juste. Le Sagittaire représente donc un être qui met les mouvements de sa nature inférieure – le cheval au galop – au service d’un idéal : la flèche qui va exactement atteindre la cible. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Notre vie dépend de nos vibrations

« Chaque manifestation de leur vie physique, psychique et spirituelle donne aux créatures des longueurs d’onde, des vibrations déterminées qui les mettent automatiquement en contact avec les entités et les courants de l’espace qui possèdent ces mêmes longueurs d’onde, ces mêmes vibrations. C’est ainsi que s’expliquent les relations que nous entretenons avec les forces de la nature. Par nos pensées, nos sentiments, nos actes, nous entrons en affinité avec des régions, des entités qui possèdent les mêmes longueurs d’onde, les mêmes vibrations que nous et, par la force de l’attraction, nous arrivons tôt ou tard à nous rencontrer.
Lire la suite

Surveiller ses états intérieurs !

« Vous marchez dans la rue : il peut arriver que, sans le savoir, vous passiez par des endroits où il se commet des actes malhonnêtes ou même criminels. Si à ce moment-là vous êtes en train d’agiter en vous des pensées et des sentiments négatifs, vous entrez en relation avec les vibrations que ces actes mauvais produisent, et vous captez leur influence. Vous pouvez alors être poussé vous-même à mal agir, sans savoir que c’est à cause de ces émanations fluidiques que vous avez reçues en passant.
Lire la suite

Se lier à la loge blanche

« Dans la Science ésotérique on appelle loge blanche et loge noire les deux puissances qui agissent dans l’univers. Ce sont les puissances de la lumière et les puissances des ténèbres auxquelles nous donnons généralement le nom de « bien » et de « mal ». Mais ces deux loges sont dominées par une troisième, dont même les Initiés savent peu de chose, car c’est une réalité qui dépasse l’entendement humain. Cette troisième loge est le domaine exclusif de Dieu, qui est au-dessus du bien et du mal, et qui utilise l’un et l’autre.
Lire la suite

Un Maître spirituel peut vous guider vers la Lumière

« Vous ne pouvez pas demander d’un Maître spirituel qu’il ait tous les savoirs et tous les pouvoirs. Vous n’avez le droit de lui demander qu’une chose : d’être pour vous un lien avec le Ciel, de vous guider sur la voie de la lumière, de vous montrer le chemin vers Dieu.
D’ailleurs, un vrai Maître spirituel ne vous gardera pas pour lui, il sait que sa tâche est de vous conduire plus loin, plus haut. Si vous insistez pour rester auprès de lui, il vous dira : « Non, non, ne comptez pas tellement sur moi, je ne peux pas tout vous donner. Seul le Seigneur peut vous combler. Moi, je peux uniquement vous aider à trouver le chemin. Je suis, si vous voulez, comme un appareil téléphonique qui vous permet de communiquer avec le monde divin, avec les hiérarchies célestes, c’est tout. » Voilà ce que dira un véritable Maître. Maintenant, bien sûr, si ce n’est pas un véritable Maître, il vous fera toutes sortes de promesses qui ne se réaliseront jamais, et c’est donc à vous d’avoir du discernement. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Se vider pour se remplir

« Que pouvez-vous ajouter à un récipient qui est déjà plein ? Rien. Pour y verser un nouveau contenu, il faut d’abord le vider. Et il en est de même pour l’être humain : s’il ne se vide pas de ses défauts et de ses mauvaises habitudes, comment les vertus et les qualités divines pourront-elles venir s’installer en lui ? C’est là le sens du renoncement : renoncer, c’est se vider, se débarrasser de certains éléments préjudiciables à soi-même et aux autres, pour introduire à la place d’autres éléments plus purs, plus lumineux.
Lire la suite

C’est l’état intérieur qui protège et non l’icône !

« Supposons que vous ayez chez vous une icône, une image sainte ; chaque matin, chaque soir, vous allumez un cierge, une veilleuse devant elle, et vous vous recueillez : vous lui adressez une prière en lui demandant de vous protéger. Mais ce n’est pas l’icône elle-même qui va vous protéger. Ce qui vous protègera, c’est l’état intérieur dans lequel votre prière, votre recueillement vous auront plongé ; ce sont les empreintes qu’ils laisseront en vous qui vous orienteront dans la voie de la lumière, de l’amour et de la paix.
Il n’y a donc que vous, grâce au lien que vous établissez avec le Ciel, qui pouvez vraiment faire quelque chose pour vous. Les statues, les images saintes ne sont qu’un point de départ, un support. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Peu importe le lieu pour trouver l’inspiration !

« Pour devenir véritablement créateur, l’homme doit faire appel à certaines facultés en lui afin d’entrer en relation avec le monde spirituel. Car c’est du monde spirituel qu’il reçoit ce souffle que l’on appelle l’inspiration.
Il est important de connaître les conditions favorables à l’inspiration, car elles ne nous visitent pas par hasard. Vous direz qu’il vous est arrivé de recevoir une inspiration dans des circonstances, des endroits ou des positions un peu invraisemblables. Cela peut en effet arriver : vous êtes en train d’éplucher des légumes, de ramasser un objet ou de mettre vos chaussures, et soudain un courant vous traverse, une image s’impose à vous : vous sentez que vous avez reçu une révélation. Au contraire, vous pouvez réunir toutes les conditions matérielles idéales pour que l’inspiration vienne vous visiter et vous ne recevez rien. Le souffle divin ne vient pas nécessairement visiter celui qui est assis en position de lotus, les yeux fermés au milieu de nuages d’encens ; ce n’est pas de ces conditions-là que je parle. La première condition à remplir pour être inspiré est de veiller à la pureté de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes. Quand le terrain est préparé, l’esprit peut venir quelle que soit la situation ou la posture dans laquelle vous vous trouvez. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Vous n’avez pas besoin de vous trouvez dans un lieu comme une église, un sanctuaire… pour ressentir ce souffle divin qui vous inspire mais plutôt comme le dit Omraam, “veiller à la pureté de ses pensées”, car cette grâce divine qui vient vers vous doit arriver sur un “terrain bien préparé” pour en apprécier toute la grandeur et la magnificence de ce souffle divin

 

Créer par la pensée au lieu de se lamenter !

« Vous avez à votre disposition un instrument extraordinaire : la pensée. Pourquoi ne vous en servez-vous pas ? Pourquoi vous contentez-vous de vous lamenter en énumérant tout ce qui vous manque ? Vous avez besoin de beauté, de silence, de sourires, de bons regards, de bonnes paroles ?… Eh bien, au lieu de vous plaindre de ce que personne ne vous les donne, sachez que vous pouvez les créer instantanément par la pensée. Vous direz : « Mais non, il n’y a rien, je ne vois rien, je ne touche rien ! » Évidemment, si vous attendez de les voir matérialisés, il vous faudra peut-être des siècles. Mais du moment que vous les créez dans le plan mental, ils existent. Et c’est à cette réalité que vous devez vous attacher.
Lire la suite